affaler

affaler [ afale ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1610; néerl. afhalen haler
1Mar. Faire descendre en tirant. Affaler un cordage, un chalut.
Pousser vers la côte, faire échouer.
2 ♦ S'AFFALER v. pron. Mar. Être porté vers la côte, s'échouer.
Se laisser descendre, glisser (le long d'un cordage). Par ext. (1872) Cour. Se laisser tomber. Elle s'est affalée sur le divan. « Il était assis ou plutôt affalé dans un fauteuil » (Duhamel) .

affaler verbe transitif (néerlandais afhalen, abaisser) Marine Faire descendre, mollir une manœuvre.

affaler
v.
d1./d v. tr. MAR Faire descendre rapidement. à affaler la grand-voile!
d2./d v. Pron. Se laisser tomber. S'affaler sur son lit.

⇒AFFALER, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— MARINE
1. [Le compl. désigne un navire, ou, p. méton., le(s) navigateur(s)] Pousser vers la côte, faire échouer :
1. ... les vents sautèrent alors du sud au nord avec assez de violence, sans que cette saute de vent eût été annoncée par aucun nuage; le ciel était clair et serein, mais il devint très-noir, et je fus obligé de m'éloigner de terre pour ne pas être affalé avec les vents d'est.
Voyage de La Pérouse autour du monde, t. 2, 1797, p. 389.
2. La France, navire qui porte
Des millions de passagers,
Jusqu'à présent, puissante et forte
A dominé tous les dangers
...
Sa grande nef que rien n'affale
A d'une marche triomphale
Suivi son cours audacieux.
A. POMMIER, Océanides et fantaisies, 1839, p. 73.
3. On voit que malgré tous mes efforts pour gagner le plus possible au sud, les vents et les courants m'ont affalé beaucoup plus que je ne voulais dans l'ouest.
DUMONT D'URVILLE, Voyage au pôle sud et dans l'Océanie, t. 1, 1842, p. 39.
4. Pendant cette bourrasque, le ciel a été clair, avec des nuages en balayures. Soixante-quatorze pêcheurs ont louvoyé avec nous pour s'élever au vent, mais la plupart étant à varangues très plates, dérivent trop pour ne pas être affalés vers la banquise.
P. GAIMARD, Voyage en Islande et au Groënland à la recherche de « La Lilloise », rédigé par L. Méquet, 1852, p. 63.
2. Affaler un cordage. Tirer en bas, faire descendre. D'où ,,affaler un chalut à l'eau`` (ROB.) et, dans la langue de la pêche, ,,affaler une ligne, mouiller une ligne depuis une embarcation`` (Lar. encyclop.).
En partic. Terme de commandement. Affale, affalez :
5. Clubin, impassible, continua, dans cette vieille langue de commandement que ne comprendraient pas les marins d'à présent :
— Abraquez. — Faites une marguerite si le cabestan est entravé. — Assez de virage. — Amenez. — Ne laissez pas se joindre les poulies des francs-funains. — Affalez. — Amenez vivement des deux bouts. — Ensemble. — Garez qu'elle ne pique. — Il y a trop de frottement. — Touchez les garants de la caliorne. — Attention.
V. HUGO, Les Travailleurs de la mer, 1866, pp. 207-208.
P. ext. Affaler une personne. Faire descendre une personne :
6. Souvent Will Halley intervenait et malmenait les deux marins avec force jurons. Ceux-ci, peu endurants, ne demandaient qu'à souquer cet ivrogne et à l'affaler à fond de cale pour le reste de la traversée.
J. VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 3, 1868, p. 25.
7. ... un malheureux, moins fort que les autres, crispé de froid, qui sentait qu'il ne se tenait plus, que le vertige venait, qu'il allait lâcher et tomber. Et les autres, par pitié, l'attachaient, pour essayer de l'affaler jusqu'en bas.
P. LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 132.
B.— Argot
Affaler qqc. L'étendre par terre :
8. Étendre. Affaler. « L'hercule affala son tapis, aux coins duquel il plaça ses poids... »
BRUANT 1901, p. 208.
Affaler qqn. Le faire tomber (cf. étendre, fam.) :
9. Affaler (...) coucher (...) « Du premier coup de poing, je l'ai affalé. »
ROSSIGNOL, Dict. d'argot, argot-français et français-argot, 1901, p. 4.
Rem. Syntagmes :
10. Affaler son grelot :se taire.
Ch. VIRMAÎTRE, Dict. d'argot Suppl., 1899, p. 4.
11. S'étendre. Affaler (...) son gnasse.
BRUANT 1901, p. 208.
II.— Emploi pronom. S'affaler
A.— MARINE
1. [En parlant d'un navire, ou, p. méton., de navigateurs] Être porté vers la côte sous l'effet du vent et sans pouvoir se relever, s'échouer. Anton. se relever :
12. Le 11, par 53 degrés 54 minutes de latitude, on vit la terre à huit ou neuf lieues de distance : on s'en tint assez éloigné pour n'avoir point à craindre de s'y affaler, et cependant assez près pour n'en pas perdre la vue; ...
Voyage de La Pérouse autour du monde, t. 1, 1797, p. 138.
13. Les vents étaient fixés au sud avec une telle constance que, depuis près d'un mois, ils n'avaient pas varié de 20 degrés; et nous nous exposions, en courant ainsi vent arrière vers le fond de ce golfe, à nous affaler de manière à être obligés peut-être d'attendre le renversement de la mousson pour en sortir. Mais ce n'était pas le plus grand inconvénient; ...
Voyage de La Pérouse autour du monde, t. 3, 1797, p. 53.
14. Je pensai que ce serait jouer trop gros jeu que de me laisser affaler dans ces détroits inconnus, au risque de ne plus pouvoir m'en relever, ou d'aller me briser contre quelque chaîne de glaces ou de roches.
DUMONT D'URVILLE, Voyage au pôle sud et dans l'Océanie, t. 2, 1842, p. 162.
15. En mettant la tête hors de l'entrepont, je fus frappé d'un spectacle sublime. Le bâtiment avait essayé de virer de bord; mais n'ayant pu y parvenir, il s'était affalé sous le vent.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 357.
16. Mais ce jour-là (...) la mer y était furieuse, [dans une crique] et il fallait une impossibilité absolue de remonter dans le vent pour s'y laisser affaler...
H. MALOT, Romain Kalbris, 1869, p. 20.
2. [En parlant d'une pers.] Se laisser glisser (le long d'un cordage ou de qqc.) :
17. ... le docteur, profitant d'un moment d'inattention de Madame Bougnol, se cramponna vite à la corde et se laissa glisser jusqu'en bas presque sans toucher les marches de l'escalier, avec autant de rapidité qu'un matelot qui s'affale le long d'un cordage.
E. SUE, Atar-Gull, 1831, p. 34.
18. Toutes les bouches retenaient leur haleine, comme si elles eussent craint d'ajouter le moindre souffle au vent qui secouait les deux misérables. Cependant le forçat était parvenu à s'affaler près du matelot. Il était temps; une minute de plus, l'homme, épuisé et désespéré, se laissait tomber dans l'abîme; le forçat l'avait amarré solidement avec la corde à laquelle il se tenait d'une main pendant qu'il travaillait de l'autre. Enfin on le vit remonter sur la vergue et y haler le matelot; ...
V. HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 450.
Rem. G. Esnault ajoute à cet ex. le commentaire suiv. : ,,Parvenir à s'affaler ne signifie rien, s'affaler n'étant pas une gymnastique, il faut plutôt parvenir à ne pas s'affaler plus bas que la corde. On s'affale sur une manœuvre en s'y laissant glisser, avec une manœuvre en se laissant descendre par son poids avec elle. Ce que fit notre hardi gymnaste fut de se déhaler le long de la corde, (ce qu'Hugo rend par « descendre avec les mains »), et il parvint près du matelot. Dans la suite du même récit Hugo écrit : « Pour être plus promptement arrivé [sur le pont], il se laissa glisser dans le gréement ». C'est là que s'affaler pouvait être de mise.`` (G. ESNAULT, Commentaire des Misérables lors du dépouillement I.G.L.F., 1937).
19. Le Duncan venait en travers à la lame et ne gouvernait plus. (...)
— À la machine! à la machine! cria la voix de l'ingénieur.
John se précipita vers la machine et s'affala par l'échelle. Une nuée de vapeur remplissait la chambre; ...
J. VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, 1868, pp. 53-54.
20. « La remorque ne tiendra pas, dit une voix. — Quand elle tiendrait, ils [les matelots d'une barque] ne pourront jamais s'affaler le long du brick, » dit un autre.
H. MALOT, Romain Kalbris, 1869, p. 19.
B.— Lang. cour., fam. et souvent péj. [En parlant d'une pers. qui ne peut plus se tenir droit] Se laisser tomber d'épuisement, s'effondrer pesamment, de tout son long. Anton. se redresser :
21. Au sortir de la table, Gautier s'affale sur un divan...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, mars 1872, p. 880.
22. ... Gabrielle reparaît affolée, reculant, les mains en avant, comme pour se protéger, devant l'apparition blanche qui s'avance sur elle. Les bras tendus, la tête courbée, en poussant des petits cris d'effroi, elle vient, par un mouvement arrondi, s'affaler à genoux devant le trou du souffleur, ...
G. FEYDEAU, La Dame de chez Maxim's, 1914, II, 10, p. 53.
23. Il s'affale dans un coin, entre nous, et s'étend.
H. BARBUSSE, Le Feu, 1916, p. 216.
24. M. de Guermantes se redressa dans le fauteuil où il s'était affalé, son chapeau à côté de lui sur le tapis, examina d'un air de satisfaction les assiettes de petits fours qui lui étaient présentées.
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, Le côté de Guermantes 1, 1920, p. 231.
25. Conan s'ennuie, et il a, pour mes péchés, imaginé de venir s'ennuyer dans mon bureau. Il arrive, traînant ses semelles, tête basse, bras tombants, s'affale sur une chaise, et trace, du bout de sa canne, des demi-cercles sur la poussière du plancher. Parfois il se lève, s'en va à la fenêtre, fixe longuement la rue vide et revient à mon bureau brouiller mes papiers d'un doigt dégoûté et las.
R. VERCEL, Capitaine Conan, 1934, p. 173.
Rem. 1. Syntagmes fréq. : s'affaler dans un fauteuil, sur un divan, sur une chaise, dans un coin. 2. Cet emploi est aussi attesté en arg., par lequel il est sans doute passé avant de pénétrer dans la lang. fam. :
26. [Le môme biffin à sa lanterne longue en papier] : T'es rien poivre (saoûl), tu ne tiens plus sur tes fumerons (jambes) (...) Tu vas t'affaler (tomber). Et il la laissait s'affaisser avec des zigzags.
J. RICHEPIN, Le Pavé, 1883, p. 75.
27. Affaler (s') (...) Tomber à terre (...) je lui ai filé un coup de saccaille et il s'est affalé.
J. LACASSAGNE, L'Argot du milieu, préf. de F. Carco, 1928, p. 2.
P. compar. [En parlant d'un animal, ou d'une chose quelconque, abstr. ou concr.] Tomber pesamment :
28. Le troisième motif inspiré par la chasse représentait les eaux dans leur piège de glace. Dans les joncs qu'on eût dit recouverts de grésil, un canard s'affalait sous un coup de fusil.
F. JAMMES, Géorgiques chrétiennes, 1911, p. 18.
29. Le goût de la saucisse doit être fouetté, je dirai même mordu, sans quoi il s'affale, il se vautre. Je le compare à une vache. Le Saint-Émilion achèvera de l'abrutir.
J. ROMAINS, Les Copains, 1913, p. 279.
30. ... c'est miracle qu'elle [la tour Eiffel] ne soit pas déjà par terre. Elle est rouillée jusqu'à l'âme. Elle ne tient plus et va s'affaler. J'ai prévenu qui de droit. On ne veut pas me croire. Je m'en lave les mains. Mon rapport date de 1936. De l'exposition...
B. CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 204.
S'étendre, se coucher :
31. On s'étend sur le parquet, ou plutôt, pour employer la locution familière aux élèves, on s'affale sur le géométral.
G. CLARIS, Notre École polytechnique, 1895, p. 114.
32. Affaler (s') (...) Se coucher. J'étais vanné de cette ballade, le soir je me suis affalé de bonne heure.
J. LACASSAGNE, L'Argot du milieu, préf. de F. Carco, 1928, p. 2.
Avouer, dénoncer (après l'effondrement des résistances intérieures) :
33. Affaler (s') :se dit d'une personne en état d'arrestation qui dénonce ses complices. (...) Allonger (s') : même sens.
A. LE BRETON, Du Rififi chez les hommes, 1953, p. 237.
34. [Les policiers, à l'inculpé :] Le gars qui vous l'expédie [le stupéfiant, de Yougoslavie,] est emballé!... (...) Allons, décide-toi [à avouer]. Il s'est affalé, lui!
A. LE BRETON, Razzia sur la chnouf, 1954, p. 107.
35. S'affaler : avouer; dénoncer. Ex. : il s'est affalé et m'a mis dans le bain. — Il a dit ce qu'il savait et m'a rendu responsable.
Ch.-L. CARABELLI, [Langue de la pègre].
Prononc. — 1. Forme phon. :[afale], j'affale []. Enq. :/afal/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : affale subst. fém. (cf. Lar. encyclop.), affalement.
Étymol. ET HIST. — 1. 1610 mar. « pousser (un bateau) vers la côte et le mettre en danger d'échouer » (FLORIMOND RÉMOND, Naissance de l'hérésie, 17 ds A. DELBOULLE, R. Hist. litt. Fr. 1, p. 491 : les navires se trouvent affalez d'un grand temps en ceste coste); 2. 1687 « faire descendre un cordage, une charge » (DESROCHES, Dict. des termes propres de marine ds JAL t. 1 1970 : affaler quelque chose, comme une poulie où seroit passée une corde, ou une manœuvre, c'est la faire baisser); 1811 s'affaler « (d'une pers.) se laisser glisser le long d'un cordage » (MOZIN-BIBER t. 1 : [...] il s'affala — se laissa glisser — le long de la manœuvre); 3. p. ext. 1857 id. « (d'une pers.) se laisser tomber sur, dans » (E. et J. DE GONCOURT, Journal, déc. 1857, p. 429, infra s.v. affalé).
Empr., pour le sens 2, au néerl. afhalen « faire descendre, abaisser ». Le sens 1 fait difficulté. EWFS2 fait appel à un croisement avec néerl. afvallen qu'il traduit par « tomber sur le côté sans pouvoir se relever ». VALKH. 1931, pp. 42-43 et JAL 1970 voient dans fr. affaler deux mots, le sens 2 remontant au néerl. afhalen, le sens 1 au néerl. afvallen « tomber » et, selon VALKH. « tourner par suite d'un vent contraire »; cette division est jugée inutile ds FEW t. 15, s.v. afhalen. Il reste que dans le sens 1 il s'agit d'un complexe sém. où quatre éléments sont intimement unis : a) le vent (qui pousse), b) le bateau (qui est poussé), c) la côte (vers laquelle il est jeté), d) où il risque d'échouer ou de rester immobile. Aucun de ces éléments ne se trouve dans le sens 2, seuls le domaine et l'idée d'un mouvement étant communs aux deux sens. Peut-être le m. néerl. afhalen, qui peut signifier « enlever », a-t-il dans ce second sens également servi de point de départ au sémantisme du verbe fr.; la difficulté serait alors repoussée vers l'étymon.
STAT. — Fréq. abs. litt. :91.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BARB.-CARD. 1963. — BARBER. 1969. — BEHRENS D. 1923, p. 70. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — Canada 1930. — DUP. 1961. — ESN. 1965. — GRUSS 1952. — JAL 1848. — LAV. Diffic. 1846. — LE BRETON 1960. — LE CLÈRE 1960. — Mots rares 1965. — NICHOLSON (G.-G.). Recherches philologiques romanes. Paris, 1921, pp. 175-180; p. 184. — PRÉV. 1755. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 168. — SOÉ-DUP. 1906. — WILL. 1831.

affaler [afale] v. tr.
ÉTYM. 1610 au sens 1.; du néerl. afhalen « faire descendre (un cordage) » (→ Haler), sens attesté en franç. en 1687.
1 Mar. Pousser vers la côte, en parlant du vent, faire échouer. || Le vent affale le navire vers la côte.Se faire affaler vers la côte, (passif) être affalé vers, sur des écueils.
2 (1687). Mar. Faire descendre (un cordage dans sa poulie, un chalut à l'eau, une voile). Haler, trévirer.Absolt. || Affalez !(XIXe). Argot mar. || Affaler qqn : le faire descendre.
3 Argot anc. || Affaler qqn : le faire tomber.
——————
s'affaler v. pron.
1 Mar. Vx. Être porté vers la côte, s'échouer. || Le bateau s'est affalé sous le vent.
2 (Personnes). a (1831, E. Sue, in T. L. F.). Mar. Vx. Se laisser glisser (le long d'un cordage). || Le matelot s'est affalé le long du cordage. || S'affaler par une échelle.
b (1872, Goncourt). Cour. Se laisser tomber. Affaisser (s'), avachir (s'), vautrer (se). || Il s'affala lourdement dans un fauteuil, sur un lit. || S'affaler à genoux, à plat ventre, de tout son long.
1 Il était assis ou plutôt affalé dans un fauteuil, les bras pendants, les jambes mortes.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, X, 15.
2 Ayrton s'affala avec précaution dans l'entrepont, jonché de nombreux dormeurs, que l'ivresse, plus que le sommeil, tenait appesantis.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. II, p. 620 (1874).
3 Notre char mal camouflé (comme les autres), nous nous affalâmes dans la paille d'une grange.
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 318.
(Choses). Tomber. || L'édifice s'est affalé.
3 Argot. Parler, avouer (après un effondrement physique ou moral). Allonger (s'). || Après une nuit d'interrogatoire, il s'est affalé.
——————
affalé, ée p. p. adj.
|| Navire affalé. || Barque affalée.Des gens affalés, vautrés.Affaissé. || Une chair, des joues affalées.
CONTR. Redresser (se), relever (se).
DÉR. Affalement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • affaler — AFFALER. v. a. Terme de Marine. Abaisser. Affalé, ée. participe. [b]f♛/b] On dit qu Un vaisseau est affalé, Lorsqu il est arrêté sur la côte, par le défaut de vents ou par les courans …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Affaler — Sur un voilier, affaler est l opération qui consiste à descendre une voile qui était en position pour la ranger. Pour affaler une voile, il est nécessaire de libérer (donner du mou) la drisse qui la maintient hissée. Cette opération peut être… …   Wikipédia en Français

  • AFFALER — v. tr. T. de Marine Abaisser un cordage pour l’aider à courir dans sa poulie ou dans son conduit et à descendre plus facilement. Affaler une manoeuvre. Il signifie aussi en parlant du vent, Pousser un bâtiment vers la côte et le mettre en danger… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • affaler — vt. , faire descendre : (fére) déchêdre (Albanais.001). E. : Accroupir (S ). A1) donner beaucoup de mou (à un cordage) : balyî preu d mou à vti. (001). A2) s affaler, s approcher trop de la côte, (ep. d un navire) : s aproshî trô d la kuta (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • AFFALER — v. a. T. de Marine. Abaisser, descendre ; ou plus exactement, Manier, soulager un cordage pour l aider à courir dans sa poulie ou dans son conduit, et à descendre plus facilement. Affaler une manoeuvre.   Il se dit aussi Du vent qui pousse un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • affaler — (a fa lé) v. a. 1°   Abaisser, soulager un cordage pour l aider à courir dans sa poulie et à descendre. 2°   Pousser vers la côte, en parlant du vent. Les vents ont affalé ce navire. Le navire est affalé. 3°   S affaler, v. réfl. En parlant d un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • affaler (s') — v.pr. Avouer (en dénonçant des complices, arg.) …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • s'affaler — ● s affaler verbe pronominal être affalé verbe passif Se laisser tomber lourdement sur quelque chose ; y rester effondré : S affaler sur un divan. Se laisser glisser le long d un filin pour descendre plus vite. ● s affaler (expressions) verbe… …   Encyclopédie Universelle

  • affalement — [ afalmɑ̃ ] n. m. • 1857; de s affaler ♦ Action de s affaler; état d une personne affalée. ● affalement nom masculin Action de s affaler ; état de quelqu un qui est affalé. ⇒AFFALEMENT, subst. masc. A. (Correspond à s affaler). Action de s… …   Encyclopédie Universelle

  • rafale — [ rafal ] n. f. • 1640; de re et affaler, avec infl. de l it. raffica 1 ♦ Brève et brutale augmentation de la force du vent. ⇒ bourrasque, 2. risée. « Les bouffées de pluie et de neige qui se succédaient en rafales » (Martin du Gard). Le vent… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.